Firefox : Le combat du renard pour le web libre

Firefox est mal en point, car l’Internet s’apprête à disparaître.

Bien sûr, il est encore possible de se connecter à Internet et de naviguer sur des pages.

Mais le web des origines, libre et indépendant tel qu’il a été pensé par ses fondateurs est en voie d’extinction. On peut même se demander s’il a vraiment existé...

Lorsque l’on parle de web libre, on pense immédiatement au navigateur Firefox.
Firefox est un navigateur libre et gratuit, développé par la Fondation Mozilla dans le but de promouvoir les logiciels libres et de préserver l’innovation sur Internet.

Sa devise : « Internet est un bien commun, nous le défendons ». Son logo : un renard stylisé.

A l’instar des navigateurs web tels qu’Internet Explorer, Safari et Google Chrome, Firefox mets un point d’honneur à respecter la vie privée de ses utilisateurs.

Le navigateur libre cherche en permanence à éduquer ses utilisateurs afin de les sensibiliser à la protection des données personnelles et à l’usage de la navigation privée. D’ailleurs, Mozilla a récemment lancé son navigateur mobile « Firefox Focus » : un navigateur simple mais efficace basé sur le respect de la vie privée.
Firefox Focus efface systématiquement tout votre historique et bloque énormément de traqueurs Internet.

Le renard s’est engagé dans une lutte pour la vie privée et la liberté, dans un monde numérique régit par le cloisonnement et l’opacité des applications pour smartphone.

Sauf que Firefox n’aurait plus que quelques années à vivre. Le navigateur libre est en grande difficulté : il se fait littéralement bouffer par Google Chrome.

Google is watching you

Bien qu’il existe de nombreux navigateurs web, nous nous dirigeons vers une situation de monopole absolu pour Google.
Microsoft avec Edge et Apple avec Safari ne possèdent que des parts de marché très modestes.

Actuellement, Firefox est utilisé par 90 millions de personnes à travers le monde.
Néanmoins, la tendance ne laisse aucune place au suspens. La courbe de croissance de Google Chrome a dépassé depuis bien longtemps celle de Firefox qui s’effondre.
En termes de part de marché, Chrome c’est 48%, Safari 19%, Firefox 14%, Internet Explorer 6% et Edge 4%.

Comment Google a t’il réussit à s’imposer sur le marché des navigateurs web ?

Aujourd’hui, le marché des navigateurs web est stagnant : tout le monde est déjà équipé. Pour croître, il faut bouffer ses concurrents.

La stratégie de Google est simple : utiliser son monopole sur le marché des moteurs de recherche, pour en bâtir un nouveau dans les navigateurs web.

Pour capter les utilisateurs, Google utilise l’ensemble de ses services pour faire la promotion de Chrome : Gmail, YouTube, Google Agenda, Google Drive, le moteur de recherche Google...
Jusqu’à ce que vous optiez pour Chrome, vous n’échapperez pas aux nombreux messages qui ont pour but de vous inciter à changer de navigateur.
Parfois, les annonces vous font même croire qu’il s’agit d’une mise à jour ou d’une mesure de sécurité indispensable : l’adoption de Chrome est fortement suggérée.

Face à ces pratiques, Firefox encaisse les coups.

Le navigateur libre tente de riposter en proposant un service extrêmement performant et des nouveautés très régulièrement.

Mais cela ne suffit pas.

Andreas Gal, ancien directeur technique de Mozilla constate que le navigateur libre « est victime d’une chute notable et irréversible de ses parts de marché ». Selon lui, « la guerre marketing contre Google ne peut être gagnée du fait de la puissance de frappe écrasante de la firme de Mountain View ».

Est-il possible d’aider Firefox dans son combat (désespéré) pour maintenir en vie un web libre à l’agonie ?


Oui. Il vous suffit de télécharger et d’utiliser Firefox au lieu de Chrome. Le navigateur est gratuit, il fonctionne bien et respecte vos données privées.

Vous avez la possibilité de faire un petit geste pour le web libre avant qu’il ne soit trop tard.

Alpes Actu Conseil - 7 place des Arts - 74200 Thonon les bains - 04.50.73.58.22