L’avenir appartient aux intelligences artificielles

La fuite en avant semble inéluctable.

A travers le monde entier, des chercheurs sont engagés dans une course (folle) qui vise à concevoir le plus rapidement possible une intelligence artificielle adaptative : c’est-à-dire capable de modifier son comportement en fonction de l'environnement dans lequel elle évolue.

Le but est clair : la diffusion à grande échelle et à des fins commerciales d’une technologie qui surpasse en tout point les capacités humaines.

L’entreprise américaine IBM est l’une des firmes les plus engagées dans cette compétition globalisée. IBM travaille depuis plusieurs années sur une intelligence artificielle nommée Watson, qui aide les médecins à traiter différents types de cancers.

La société américaine vient de faire une annonce de grande importance : un partenariat de 10 ans avec le prestigieux MIT. IBM s’engage à investir 240 millions de dollars pour la création d’un laboratoire commun baptisé MIT-IBM Watson AI Lab.

 

Quel est l’intérêt de ce partenariat ?

La collaboration entre ces 2 entités emblématiques de la « haute-technologie » va permettre à des centaines de chercheurs de travailler conjointement sur l’intelligence artificielle.

Leurs travaux vont porter sur 4 secteurs clef de l’IA : le développement d’algorithmes, la création de matériel dédié à ces calculs, l’adaptation des possibilités de l’IA à des industries nouvelles et l’évaluation des effets de l’IA sur la société.

Le MIT-IBM Watson AI Lab se caractérise par une approche pluridisciplinaire qui se constate de plus en plus dans le milieu de l’intelligence artificielle. En effet, ce nouveau laboratoire sera constitué de chercheurs et experts en IA, mais aussi de physiciens, d’économistes et de spécialistes de la high-tech.

L’IA pour faire quoi ?

L’intensification manifeste des recherches en matière d’intelligence artificielle est liée à la tendance de plus en plus prégnante d’une « captation » du réel qui nécessite par la suite, un traitement computationnel et algorithmique dont seules les intelligences artificielles sont capables.

En clair, la complexité du monde étant devenue inintelligible pour nous « simples êtres humains », il nous faut à présent recourir à des systèmes ultra-perfectionnés pour agir de manière « juste », c’est-à-dire, dans une économie de marché, maximiser les profits.

Quelles sont les perspectives ?

Les organisations qui se consacrent à l’intelligence artificielle se multiplient. Toutes cherchent à concevoir une technologie qui soit à terme exploitable par des entreprises privées à des fins commerciales.

Si l’ont fait un peu de prospective, nous allons progressivement assister à un dessaisissement des facultés humaines de jugement et de libre-choix bientôt remplacées par des IA omnipotentes dont les décisions pénétreront tous les champs de notre existence : vie privée, vie professionnelle, vie publique...

Un inévitable effacement de notre singularité humaine face à la rationalité algorithmique des IA.

Alpes Actu Conseil - 7 place des Arts - 74200 Thonon les bains - 04.50.73.58.22