Facebook envisage de réduire la visibilité des posts organiques dans le fil d’actualité

Les community managers et les marketeurs sont inquiets : le réseau social mène actuellement des tests dans plusieurs pays pour « améliorer le News Feed » des internautes.

Ce qui fait peur, c’est l’exclusion des pages du fil d’actualité.

Face aux doutes et aux inquiétudes, Facebook a reconnu que des tests sont en cours au Sri Lanka, en Bolivie, en Slovaquie, en Serbie, au Guatemala et au Cambodge pour évaluer la pertinence de créer un fil d’actualité vidé des publications des pages de marques.

En clair, il s’agit de placer les pages « en quarantaine » : la nouvelle version de Facebook comprend donc un espace consacré aux actualités des proches et un espace séparé appelé « Explorer » constitué des messages de pages Facebook.

Le fil d’actualité est réservé aux amis et aux publications sponsorisées

Cette expérimentation de Facebook fait la part belle aux amis, à leurs interactions avec des pages et aux posts sponsorisés des pages Facebook (les publicités).

Ainsi, le seul moyen pour une marque de figurer dans le fil d’actualité c’est de créer des contenus engageants qui vont être remarqués par les utilisateurs dans le nouveau « Fil Explorer ». Les interactions des internautes avec ces contenus vont permettre aux pages de sortir de leur cocon (le Fil Explorer) pour acquérir une visibilité supplémentaire en apparaissant dans le « News Feed ».

Sinon, il y ‘a la solution de facilité : acheter de la visibilité pour s’assurer une place dans le fil d’actualité.

Des conséquences importantes pour de nombreuses marques

Le réseau social a publié un communiqué pour rassurer les professionnels du web et les informer que le déploiement dans d’autres pays n’est pas (encore) planifié.

Cependant, ce test fait figure d’avertissement pour les marques : placer tous ses œufs dans un même panier n’est pas une bonne idée. La bonne stratégie consiste à diversifier ses sources de visibilité et d’acquisition pour avoir une plus grande maîtrise de sa communication.

Facebook opère toujours de la même manière : le réseau social test une fonctionnalité dans plusieurs pays et en analyse les résultats. S’ils sont positifs, la fonctionnalité est validée et déployée dans le monde entier.

Dans le cas ou cette expérimentation s’avère payante, les marques vont voir leur visibilité gratuite drastiquement réduite sur Facebook.

Alpes Actu Conseil - 7 place des Arts - 74200 Thonon les bains - 04.50.73.58.22