Amazon abuse t-il de sa position dominante ?

Le géant du E-commerce est attaqué par les pouvoirs politiques en Europe comme aux Etats-Unis.

Il faut dire que son insolente réussite économique est nuisible pour de nombreux acteurs économiques...

Les ennuis commencent...

Jusqu’à présent, Amazon était le seul membre des GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) qui n’avait pas encore été inquiété par les services de Margrethe Vestager, la Commissaire européenne à la Concurrence.

Cette tranquillité appartient désormais au passé, puisque Amazon est soupçonné par Bruxelles d’abuser de sa position dominante en matière de gestion des données.
En effet, sur le site d’Amazon, les clients peuvent acheter des produits vendus directement par Amazon, mais également d’autres marchandises vendues par des cybers marchands qui s’acquittent d’un « loyer », pour avoir le droit d’apparaître sur le plus grand site de E-commerce au monde (principe de Marketplace).

Or, Amazon exploiterait les données des clients de ces marchands tiers, pour cibler ses offres et mieux vendre ses produits.

Concrètement, les données collectées grâce aux détaillants « hébergés » sur la plateforme de E-commerce servent à Amazon, pour faire des calculs et s’octroyer un avantage commercial : en les analysant, Amazon peut voir ce que les gens veulent comme offre et ce qui les fait acheter tel ou tel produit.

Ces pratiques sont qualifiées « d’anticoncurrentielles » par le président Américain Donald Trump, qui a lui aussi demandé à ses services de s’activer pour trouver des infractions vis-à-vis des lois anti-trust (loi visant à limiter ou réduire la concentration économique).

L’analyse prédictive : le cœur du E-commerce

Si Amazon est sous le feu des projecteurs, c’est parce que l’entreprise voit son chiffre d’affaire atteindre des sommets : 52,9 milliards de dollars. Entre 2017 et 2018, ce dernier à fait un bond de 39%.

Ces résultats exceptionnels s’expliquent surtout par la machine de guerre qu’est devenu Amazon en termes d’analyse prédictive et de marketing personnalisé.
La société, qui a atteint en août le trillion de dollars en valorisation sur les marchés financiers, sait très précisément ce que ses clients consomment.

Les internautes ne se rendent pas compte, mais la moindre action réalisée sur Amazon fait l’objet d’une analyse très précise et en temps réel par des robots, qui vont instantanément livrer un résultat en parfaite adéquation avec les recherches qu’ils auront précédemment effectuées.
En outre, avec son enceinte intelligente Echo, ses plateformes de streaming Amazon prime vidéo et Amazon music, la firme cherche à affiner encore plus la connaissance qu’elle a de ses clients pour les inciter à rester dans « l’écosystème Amazon ».

Plus l’entreprise de Bezos engrange de données sur ce que les internautes aiment et achètent, plus elle gagne de l’argent et plus elle peut affiner ses modèles d’analyse prédictive et de marketing personnalisé pour renforcer sa position de leader sur le marché.

L’enquête de l’UE, qui débute à peine, ne semble pas inquiéter Amazon. En effet, elle pourrait mettre plusieurs années à aboutir et se transformer en coup d’épée dans l’eau.

Pourtant, l’Europe affiche une vraie détermination à l’image de la récente condamnation de Google, dont l’amende pour abus de position dominante, via le système d’exploitation mobile Android, s’élève à 4.34 milliards d’euros...

Alpes Actu Conseil - 7 place des Arts - 74200 Thonon les bains - 04.50.73.58.22