La substitution de l’homme par la machine se poursuit…

En Chine, les présentateurs TV seront bientôt remplacés par des robots.

Difficile de distinguer le vrai du faux

L’agence de presse de l’Etat Chinois, Xinhua, est en train de confectionner une intelligence artificielle capable de présenter les informations des journaux télévisés.

Grâce à une reproduction numérique ultraréaliste, l’agence de presse parvient à reproduire le physique de ses propres journalistes stars.
Avec l’ajout d’un programme informatique particulièrement complexe, ce pantin virtuel s’anime et bouge de manière très naturelle.

Impossible de distinguer un présentateur en chair et en os, d’un présentateur animé par des algorithmes informatiques.

Cette expérimentation vise à augmenter la productivité des présentateurs tout en réduisant le coût de production de l’information.
Lorsque l’intelligence artificielle sera mise au point, la TV Chinoise n’aura plus besoin de recruter, ni de payer un humain pour animer un plateau de JT.

En effet, ces présentateurs 2.0 pourront retransmettre l’information 24h/24h, sans pauses, sur différents supports et différentes chaînes.

La Chine plus forte que le Japon ?

Les Japonais avaient eux aussi inventé un robot humanoïde, capable de présenter le journal télévisé national.
Nommée Erica, ce robot d’apparence féminine pouvait réciter un texte écrit à l’avance et même interagir.

Cependant, son aspect figé et trop mécanique ne laissait aucun doute sur sa nature réelle. N’est pas humain qui veut.

La Chine est en passe de réussir une véritable prouesse : son présentateur virtuel, particulièrement réaliste, sème la confusion dans l’esprit des téléspectateurs Chinois.

 

 

Dans le futur, de telles avancées technologiques vont se généraliser, car elles permettront aux chaînes d’augmenter leur rentabilité grâce à une information délivrée à un coût très faible.

Mais il y a danger : si cette pratique tend à se développer, il est fort probable que l’instrumentalisation de l’information, déjà en cours dans nos sociétés, atteigne un point de non-retour.

L’intelligence artificielle à beau fonctionner en « autonomie », elle reste gouvernée par un algorithme qui fait d’elle une machine asservie aux désirs de ses concepteurs.

Si la Chine à une longueur d’avance, c’est certainement parce que le Parti Communiste souhaite au plus vite utiliser les technologies, pour accroître son emprise sur une société qui a tendance à s’occidentaliser et donc à s’émanciper.

Alpes Actu Conseil - 7 place des Arts - 74200 Thonon les bains - 04.50.73.58.22