Tik Tok : une croissance indécente et des dérives inquiétantes

L’application fait un malheur chez les préados.

Tik Tok est un véritable phénomène, mais très peu de gens savent ce qu’il s’y passe réellement.

2,5 millions d’utilisateurs en France

Basée sur le play-back et la publication de vidéos qui montrent des danses (souvent) suggestives, Tik Tok vise les jeunes adolescents et surtout, les jeunes adolescentes.

C’est aujourd’hui le réseau social qui connaît la plus forte progression chez les préados (11-14 ans) : en effet, plus de 42 % des élèves de cinquième interrogés dans une enquête disent avoir un compte.

Si l’application intéresse seulement 15% des garçons qui ont entre 11 et 14 ans, plus de la moitié des filles du même âge déclarent avoir un compte Tik Tok.

La plupart des gens nés avant les années 2000 ne connaissent pas ce réseau social.

Il existe en Chine depuis 2016 et il s’est fortement développé à l’échelle planétaire depuis sa fusion, en août dernier, avec l’appli Musical.ly.
A ce jour, Tik Tok compte plus de 600 millions d’utilisateurs à travers le monde.

Que font les ados sur cette plateforme ?

Vous avez peut-être surpris votre fille de 14 ans, habillée très court, en train de chanter et de se déhancher sur le dernier tube d’Aya Nakamura, un smartphone face à elle, qui filme sa chorégraphie pour la diffuser sur Tik Tok.

En effet, le fonds de commerce de cette application, c’est la réalisation de play-back et de chorégraphies, diffusés auprès de toutes les personnes abonnées à votre compte, amis ou inconnus.
Les utilisateurs peuvent également réaliser des vidéos de 15 secondes pour participer à des challenges : imiter une chorégraphie, parler avec ses pieds, marcher à l’envers...

Tik Tok réunit plusieurs fonctionnalités que les ados aiment sur les autres réseaux sociaux.
Comme sur les autres plateformes, ils peuvent partager leurs vidéos, mais aussi liker, commenter ou envoyer un message privé aux autres utilisateurs de l’appli.
Le réseau social a aussi copié les filtres de Snapchat pour que les ados puissent gommer tous les défauts qui gâcheraient leurs vidéos.

Des postures suggestives pour se faire aimer

Sur Tik Tok la plupart des vidéos montrent des jeunes filles reproduisant les tenues ultra-sexualisées et le maquillage très prononcé de leurs stars favorites.

Dans la course au like, ces jeunes adolescentes font preuve d’une inquiétante insouciance.
Les contenus les plus « sexy » étant les plus populaires, elles les copient en cherchant, à leur tour, un peu d’attention et d’approbation de leurs followers.

La plateforme, qui rencontre un franc succès chez les ados, est rapidement devenue un lieu d’échange de contenus entièrement basés sur la sexualité.

Tik Tok c’est le narcissisme à outrance : pour gagner un peu de popularité, il faut être beau ou exceptionnel et surtout montrer sa prétendue « supériorité ».
Mais ce n’est pas la seule dérive.

Une récente enquête du youtubeur « Le Roi des Rats » à mit en lumière la face sombre de Tik Tok.

Toutes ces vidéos où les jeunes filles se filment habillées très court, en train de danser de manière suggestive, attirent les prédateurs sexuels qui cherchent à entrer en contact direct avec ces jeunes ados.
L’âge limite d’utilisation de l’application est fixé à 13 ans, mais de nombreux utilisateurs outrepassent cette barrière.
Ainsi, les prédateurs trouvent sur Tik Tok de nombreuses « proies », qu’ils essaient de manipuler dans le but d’obtenir des échanges de photos, ou pour leur faire des propositions sexuelles.

Ces actes sont punis par la loi : le fait pour un majeur de faire des propositions sexuelles à un mineur de 15 ans ou à une personne se présentant comme telle en utilisant un moyen de communication électronique est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 € d’amende.
Ces peines sont portées à cinq ans d’emprisonnement et 75 000 € d’amende lorsque les propositions ont été suivies d’une rencontre.

Enfin, les nombreux challenges qui circulent sur Tik Tok sont souvent douteux, voir carrément dangereux.
Plusieurs vidéos, soi-disant « artistiques », montrent des ados qui commettent des actes violents, qui présentent des techniques pour se suicider ou qui expliquent comment se scarifier.

Cet article à pour seul objectif de vous inciter à parler avec vos enfants, de s’intéresser à eux et de les écouter sincèrement.

N’abordez pas le sujet en ayant un discours moralisateur ou autoritaire : proposez leurs plutôt de regarder ensemble cette enquête réalisée par « Le Roi des Rats ».

 

Alpes Actu Conseil - 7 place des Arts - 74200 Thonon les bains - 04.50.73.58.22