Gilets Jaunes et Algorithme

Le mouvement des gilets jaunes s’épanouit largement sur Facebook.

Sa viralité, il la doit notamment aux mises à jour qui ont suivi l’élection présidentielle américaine. Explications.

Trump : l’élément déclencheur

Suite à l’élection de Donald Trump en 2016, Facebook a décidé d’opérer des changements massifs et profonds, dans le but de répondre aux accusations grandissantes de propagation de fake news, mais aussi pour contrer le « phénomène de bulles filtrantes».

Pour rappel, les fake news sont de fausses informations politiques, diffusées dans le but d’influencer les électeurs, tandis que les bulles filtrantes désignent un phénomène « d’enfermement » : les internautes étant toujours confrontés à des publications qui correspondent à leur personnalité, ils ne perçoivent plus la réalité telle qu’elle est.

Ces deux problèmes se sont révélés à la face du monde entier lors de l’élection de Donal Trump.
Ainsi, Facebook a voulu répondre aux critiques en changeant la manière qu’ont les gens de s’informer et de communiquer sur la plateforme.

Un réseau social qui se veut très local

En janvier 2017, Mark Zuckerberg, le créateur de Facebook, a décidé d’entamer un tour des USA afin de « mieux comprendre la réalité des gens, voir comment ils travaillent et comment ils réfléchissent au futur ».
Dans cet élan de rapprochement avec la classe moyenne rurale, qui a largement voté pour Donald Trump, Zuckerberg a pu mieux cerner les attentes de ses utilisateurs et ainsi mettre à jour son réseau social, dans le but d’aider ces individus à » moins se sentir isolés et abandonnés au quotidien ».

Ainsi, dès juin 2017 Facebook annonce faire la part belle aux groupes, qui peuvent être considérés comme des forums où tout le monde peut s’exprimer librement et ainsi rencontrer des personnes aux opinions similaires.

Puis, en janvier 2018, Mark Zuckerberg décide d’agir, car il sent le pays anxieux et divisé.
Deux mesures sont prises pour réparer ces problèmes qui minent la société américaine : désormais, le fil d’actualité fera moins apparaître les publications des pages (médias, entreprises, associations...) et mettra plus en avant les contenus des amis, de la famille et des groupes. De plus, le réseau social décide de donner la priorité aux informations locales.

On comprend donc bien que ces différentes mises à jour favorisent l’émergence de mouvements comme celui des gilets jaunes.
Les changements algorithmiques mettent en avant, de manière disproportionnée, les publications d’un groupe sur lequel on est actif.

Cette révolte a explosé grâce aux groupes Facebook qui couvrent tout le territoire : des groupes départementaux, régionaux, nationaux qui ressemblent tous des milliers de personnes.
Les modérateurs de ces groupes, sont devenus les porte-paroles des gilets jaunes, même si pour la plupart, ce fut un leadership éphémère.

Les jeunes, les catégories populaires, les personnes aux revenus modestes et de plus en plus de retraités préfèrent désormais s’informer directement sur les réseaux sociaux plutôt que via les médias traditionnels.

Sans grande connaissance des mécanismes qui régissent ses plateformes, un bon nombre d’entre eux se trouvent enfermés dans une réalité construite de toute pièce par un algorithme programmé pour leur faire plaisir.

Sans cesse abreuvés de nouvelles informations, ils sont confortés dans leurs opinions et atteignent un point d’exaspération tel, qu’ils n’ont pas d’autre choix que se révolter et enfiler un gilet.

Alpes Actu Conseil - 7 place des Arts - 74200 Thonon les bains - 04.50.73.58.22