10 Years Challenge : un subterfuge au bénéfice des IA ?

Le challenge a fait de nombreux adeptes sur les réseaux sociaux. Sur Facebook, Twitter et Instagram, les internautes se sont pris au jeu d’afficher côte à côte une photo d’eux en 2009 et en 2019.

Un défi plutôt bon enfant, qui rencontre un franc succès, mais qui pourrait se révéler bien plus dangereux qu’il n’y parait.

Les doutes des experts en cybersécurité

Le « 10- Year Challenge », permet d’observer l’évolution de chacun : un petit jeu plutôt amusant qui éveille aussi la nostalgie des internautes, au regard du passé, du temps qui s’est écoulé.

Toutefois, plusieurs experts en cybersécurité se montrent sceptiques et émettent l’hypothèse que Facebook a lancé ce challenge dans un but bien précis.
En effet, le seul et unique objectif de ce concours quelque peu narcissique, serait de collecter un maximum de données sur les utilisateurs qui décident de relever ce défi.

Vos données de la pâtée pour algorithmes ?

Les photos publiées sur les réseaux sociaux pour pouvoir faire cette comparaison, entre votre apparence de 2009 et celle de 2019, seraient utilisées pour entraîner un algorithme de reconnaissance faciale.

Facebook a développé cet algorithme, afin de pouvoir mieux déterminer l’âge de ses utilisateurs, à partir des photos postées sur leurs profils.
Mais pour perfectionner ces robots, il faut une très grande quantité de données, que les internautes fournissent en publiant leurs photos.

Dans quel but ? Plusieurs motivations peuvent expliquer la création de cet outil de reconnaissance faciale.

Tout d’abord, pour permettre aux internautes de se connecter à leur compte grâce à leur visage, à l’image de la fonctionnalité FaceID sur Iphone.
Par ailleurs, avec cette IA Facebook peut reconnaître n’importe quelle photo de vous qui circule sur le réseau et ainsi vous envoyer une notification afin que vous puissiez maîtriser sa diffusion.

Enfin, le côté « business » n’est jamais très loin : si le réseau social parvient à extraire de nombreuses informations de vos photos, il pourra les monétiser à des fins publicitaires afin de pouvoir proposer aux annonceurs un ciblage extrêmement précis et donc pertinent pour une campagne de communication sur la plateforme.

Facebook ne montre pas, pour le moment, d’intention marketing avec son IA de reconnaissance faciale. Mais de nombreuses entreprises souhaitent s’emparer de cet outil, à l’image d’une compagnie d’assurances qui pourrait utiliser l’algorithme de Facebook dans le but d’observer le rythme de vieillissement de ses assurés.
Une personne qui n’est pas dans la moyenne, qui vieillit vite, pourrait voir ses cotisations augmenter, car aux yeux de l’assurance elle représente un risque financier.

Ne noircissons pas le tableau : en Inde, grâce à un outil similaire, la police a pu retrouver près de 3000 enfants.

Nos interactions sur le web génèrent une masse considérable de données, d’informations, qui peuvent être exploitées pour servir le marketing ou des causes bien plus nobles.
Malheureusement, l’internaute est bien souvent peu conscient des conséquences de ses actes tandis que les plateformes rivalisent d’intelligence pour nous pousser à générer encore plus de données.

Alpes Actu Conseil - 7 place des Arts - 74200 Thonon les bains - 04.50.73.58.22