Facebook lance le projet Simba

L’entreprise de Mark Zuckerberg envisage de déployer un câble sous-marin pour encercler l’Afrique et ainsi gagner de nouveaux utilisateurs.

Facebook cherche de la croissance

Les géants du web cherchent sans cesse à faire grossir leur base d’utilisateurs.
Ils réalisent donc de très gros investissements pour développer des projets qui leur permettront de conquérir de nouveaux internautes.

Google a créé ses ballons « Loons » pour aider les pays en développement à avoir un réseau internet sur l’ensemble de leur territoire.
De son côté, Amazon vient de lancer un projet consistant à mettre en orbite une constellation de satellites pour connecter plus de personnes à travers le monde.

Dans cette compétition entre géants du numérique, Facebook vient de faire une très grande annonce avec son nouveau projet baptisé « Simba », qui cible tout particulièrement l’Afrique.

Un câble sous-marin autour du continent Africain

Le Wall Street Journal révèle que Facebook s’apprête à encercler l’Afrique d’un gigantesque câble sous-marin de fibre optique : ce projet permettrait au continent d’être quasiment entièrement connecté à Internet.

Peu de détails ont été dévoilés, mais l’on sait que Facebook désire fortement conquérir les 1,2 milliards de personnes qui habitent en Afrique.
Le réseau social sait que son avenir dépend en grande partie de son succès en Afrique.

Si demain plusieurs millions d’Africains pouvaient se connecter à Internet et créer un compte Facebook, le réseau social pourrait croître très fortement et donc étendre sa puissance en très peu de temps.

En 2019, Internet n’est toujours pas fiable en Afrique : les infrastructures sont en cours de développement et des régions restent absolument non couvertes par le réseau.

Bien qu’aucun accord n’ait été signé pour l’installation de ce câble géant, il est fort probable que Facebook aille au bout de ce projet titanesque.

En effet, les occidentaux commencent à se lasser du réseau social, suite aux multiples scandales et la vague montante du « No Social Media », tandis que des pays comme la Russie ou la Chine ont développé leurs propres « Facebook », afin de pouvoir garder la mainmise sur les données des utilisateurs et les contenus diffusés.

Le projet Simba, et son aboutissement, semblent donc déterminants pour la prospérité future de Facebook et de ses différentes entités.

Alpes Actu Conseil - 7 place des Arts - 74200 Thonon les bains - 04.50.73.58.22