Bataille de l'attention : Ce que vous ne savez pas

En 2004 Patrick Le Lay, se montre réaliste et quelque peu visionnaire avec cette fameuse phrase : « Ce que nous vendons à Coca-Cola, c'est du temps de cerveau humain disponible

Depuis, 16 années se sont écoulées, "le temps de cerveau humain disponible" s'est considérablement raréfié et les acteurs économiques déploient des trésors d'ingéniosité pour capter le peu d'attention encore disponible sur le marché.

L'attention : un mécanisme millénaire

Quand on parle d'attention, de quoi parle t'on exactement ?

L'attention, peut-être conceptualisée comme la "capacité cérébrale", commune à la plupart des animaux, et indispensable à leur survie.

Prenons un exemple pour mieux comprendre "l'attention" : il y a près de 10 000 ans, nos ancêtres Homo-Sapiens étaient encore très peu nombreux et confrontés quotidiennement à un environnement hostile.
La nature était dangereuse, car ils ne la comprenaient pas, tandis que de nombreux prédateurs cherchaient à les tuer.

Dans cet environnement, nos ancêtres n'ont pas eu d'autre choix que de développer une capacité d'attention, c’est-à-dire la capacité à mobiliser l'ensemble de leurs ressources physiques et mentales dans la réalisation d'une action.

De cette manière, en étant attentif, vous pouviez détecter un danger ou une opportunité.

Un bruit particulier vous signale la présence d'un prédateur, tandis qu'un point rouge vif dans un arbre pouvait signaler la présence d'une source d'alimentation... Bref, en étant attentif vous pouviez survivre, car vous aviez "chopé" la bonne information au bon moment.

Pendant, des dizaines de milliers d'années, il en fut ainsi.

via GIPHY

Une partie de notre cerveau a intégré cette capacité d'attention pour en faire "un paramètre par défaut" chez chaque être humain.
En effet, seuls nos ancêtres attentifs ont survécu et ont pu, en toute logique, avoir une descendance et transmettre cette caractéristique.

La guerre est déclarée

Aujourd'hui, nous sommes plongés dans la société de pléthore informationnelle.

Mais, nos systèmes cérébraux de recherche d’information ont été soumis pendant des millions d’années à un régime très pauvre (peu d'actualités dans le désert il y a 10 000 ans).

Les données exploitables étaient rares (environnement hostile et incompréhensible) et il fallait avoir des sens très affutés pour ne pas passer à côté d’une information essentielle à votre survie.

Ainsi, ce système n’a aucun frein. Cet avidité de l’être humain pour l’information, les géants du numérique ont su l’exploiter en nous abreuvant en permanence de contenus en tous genre : article, photos, vidéos, jeux en ligne...

Nous sommes devenus des obèses informationnels, incapables de résister au plaisir et la satisfaction apportés par la consommation d'informations.

via GIPHY

La résultante de cette "stratégie du plaisir", c'est la diminution (voir la perte) de nos facultés de concentration. Désormais, seuls les contenus "stimulants" réussissent à susciter notre intérêt.

Dans cette guerre de l’attention, les acteurs économiques ne reculent devant rien et rivalisent d’ingéniosité pour aller chercher le peu d'attention qu'il vous reste.

En 2020, tout l'enjeu de la communication réside dans cette problématique : comment, malgré la surinformation et la diminution des capacités d'attention, pouvez-vous profiter des opportunités (sans précédent) offertes par les nouvelles technologies pour pouvoir obtenir ce que vous voulez ?

Alpes Actu Conseil - 7 place des Arts - 74200 Thonon les bains - 04.50.73.58.22